Passées À venir

Les difficultés financières de SNCF Réseau menacent la rénovation du réseau ferroviaire

Malgré la reprise d’une partie de sa dette par l’État, selon un nouveau rapport de la Cour des comptes, rendu ce mardi 4 décembre 2018, Réseau SNCF reste « dans une position financière très dégradée et préoccupante ». Qu’en est-il ?

Réseau SNCF qui gère actuellement le réseau ferroviaire français connait toujours de grosses difficultés financières, et ce, malgré la reprise par l’État d’une partie de sa dette et les réformes adoptées il y a quelques mois. Un rapport de la Cour des comptes dresse un bilan assez pessimiste, mais des pistes sont envisagées pour permettre à l’entreprise d’améliorer sa situation financière. Quelles sont-elles ?

Les difficultés financières de SNCF Réseau menacent la rénovation du réseau ferroviaire


Une participation plus importante de l’État parait nécessaire

La rénovation du réseau est actuellement une nécessité, mais d’après le rapport de la Cour des comptes l’État « a trop peu accompagné les besoins de financement » pour que cela puisse se faire. L’entreprise ne pourra pas assumer seule le cout des rénovations sur le réseau. Cela sera seulement possible grâce à une « augmentation de l’aide de l’État », peut-on lire dans le rapport. « Le soutien public par des subventions d’investissements, comme en Allemagne, aux Pays-Bas ou en Suisse, demeure incontournable », assurent les auteurs.

Réductions d’effectifs, renégociation de l’accord sur le temps de travail

« SNCF Réseau a eu massivement recours à l’emprunt, provoquant une dérive de sa dette, qui atteignait 46,6 milliards d’euros en 2017 et devrait s’élever à 62,6 milliards d’euros en 2026 ». La Cour juge cette « position financière très dégradée et préoccupante » et envisage de procéder à des « réductions d’effectifs » rendues possibles grâce à la sous-traitance de certaines missions.

La Cour des comptes suggère aussi de revoir les accords sur l’organisation du temps de travail pour gagner en rentabilité.

« Nouvel R » et automatisation de la rénovation du réseau

Autre point de critique de la Cour des comptes, selon son rapport, SNCF Réseau « n’a pas su ou pu améliorer sa gestion » ni « trouver les modes d’organisation les plus efficients ». L’entreprise a conservé « des procédures qui demeurent trop manuelles » et devrait envisager une automatisation beaucoup plus systématique.

Le PDG de SNCF Réseau Patrick Jeantet a d’ailleurs déjà annoncé en septembre dernier la création de « Nouvel R », un nouveau projet d’entreprise qui a pour but d’industrialiser la gestion du réseau ferré et qui devrait permettre de réduire les couts des rénovations.



Le tarif des redevances doit-il baisser ?

Les avis divergent sur la question. Pour la Cour des comptes, l’augmentation des tarifs des redevances — ces droits de « péage » que payent à Réseau SNCF les entreprises qui utilisent ses infrastructures — doit se limiter à l’inflation pour ne pas perdre des clients.

Le ministère de l’Économie a fait savoir qu’il n’approuvait pas cette démarche tandis que SNCF Réseau souhaite aussi continuer à augmenter le tarif des redevances, car les baisser reviendrait pour l’entreprise à abandonner « de potentielles hausses de recettes sans dresser une seule piste de compensation ».

Les auteurs du rapport se montrent toutefois plus optimistes à l’idée que l’entreprise soit transformée en société anonyme en 2021, une solution qui va « dans le sens d’une amélioration de la performance économique et financière », selon eux.