Passées À venir

Les tarifs bancaires augmentent de 2,2 % en moyenne au 1er janvier 2018

L’UFC Que Choisir vient de publier une étude menée sur 22 établissements bancaires et leurs tarifs mis en place à partir du 1er janvier 2018. Le constat est effarant. Les frais bancaires sont en perpétuelle augmentation depuis 2013, et rencontrent de grandes disparités selon les banques... Comment s’y retrouver ?

L’UFC Que Choisir vient de publier une enquête édifiante sur l’augmentation des frais bancaires en 2018. Les tarifs relevés dans les 22 banques passées au crible par l’association de consommateurs montrent que depuis 6 ans les tarifs ne cessent d’augmenter, et ce, dans une proportion plus élevée que l’inflation. L’année 2018 n’échappe pas à cette flambée des tarifs et le cout moyen d’un compte bancaire augmente de 2,2 % par rapport à l'année dernière.

Les tarifs bancaires augmentent de 2,2 % en moyenne au 1er janvier 2018



Flambée des tarifs bancaires, notamment au guichet

Malgré l’arrivée sur le marché d’Orange Bank qui était censé déclenché, la « guerre des prix », cette guerre n’a pas eu lieu et au contraire, les tarifs bancaires sont de nouveau en hausse au 1er janvier 2018, le cout moyen d’un compte atteignant 211 euros.

Sur les 22 établissements bancaires disposant de 54 % des parts de marché en France, les tarifs ont augmenté en moyenne « 3 fois plus que l’inflation » entre 2013 et 2018, que ce soit pour les clients qui ont des « packages » ou les opérations « à la carte ».

Les opérations au guichet des banques augmentent considérablement : 17 % pour l’initialisation d’un virement, 11 % pour la remise d’un chéquier !

Des différences tarifaires importantes entre les banques

Plusieurs profils de clients ont été analysés dans cette étude comparative. « Ils varient de 1 à 6 pour le profil haut de gamme/sénior, de 1 à 17 pour un actif/utilisation standard du compte et de 1 à 10 pour un usage intensif, notamment en cas de dépassement du découvert autorisé ».

En ce qui concerne les habitués des dépassements de découvert, ils pourraient faire des économies pouvant aller jusqu’à 400 euros en choisissant une banque en ligne, dont les frais d’agios et les commissions d’interventions sont en moyenne 6 fois moins chers. Et pour ceux qui préfèrent les établissements physiques et la présence d’un conseiller, il serait possible d’économiser jusqu’à 200 euros en changeant de banque.

Le maitre-mot est donc de faire jouer la concurrence pour parfois réaliser de substantielles économies.

Quels conseils pour éviter les pratiques abusives ?

Tout d’abord, informez-vous sur les montants de vos frais bancaires annuels. Vous devriez disposer d’un récapitulatif de ces frais pour 2017 auprès de votre banque.

Ensuite, négociez ! Par exemple, si vous avez rencontré un problème financier au cours de l’année, vous pouvez solliciter une remise sur vos frais bancaires annuels à votre banquier. Il est également possible pour les personnes rencontrant régulièrement des accidents de paiement de profiter d’une « offre spécifique ». Rarement mise en avant par les banques, elle permet de limiter les frais d’interventions bancaires. Interrogez votre banquier.

Puis, prendre le temps de comparer les frais pratiqués ailleurs, en ayant en tête la particularité de votre situation personnelle (sénior, jeune actif, étudiant, voyageur fréquent, découverts récurrents...) et changez d’établissement financier si vous trouvez une meilleure offre.