Passées À venir

Sexisme : Une Charte pour une représentation mixte des jouets signée mardi 24 septembre

Mardi 24 septembre 2019, la secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances, Agnès Pannier-Runacher, a signé une charte en présence de fabricants de jouets, d’associations et de distributeurs pour garantir une représentation plus mixte des jouets.
Sommaire

Les statistiques montrent que les femmes sont sous-représentées dans les carrières scientifiques et cela pourrait venir du fait que dès l’enfance, les jouets de petit chimiste ou de constructions mécaniques sont au rayon « garçon ».

Partis de ce constat alarmant, la secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances, des industriels du jouet, des enseignes de distribution et des associations ont signé une charte pour garantir une meilleure mixité des jouets et permettre aux petites filles de s’imaginer devenir astronautes ou chimistes. Le point dans cet article.

Sexisme : Une Charte pour une représentation mixte des jouets signée mardi 24 septembre


Des rayons jouets très segmentés

Un rayon rose bonbon pour les filles, où l’on trouve des poupées, des accessoires de ménage, de cuisine, et des robes de princesse. Et un rayon bleu, pour les garçons, où l’on trouve des voitures, des motos, des déguisements de super héros, des kits de chimie, d’archéologue ou des boites de jeux de construction sophistiqués.

Mais si, dès l’enfance les garçons étaient programmés pour se voir dans des carrières extraordinaires et les filles cantonnées à une vision limitée de leurs possibilités (bébé, cuisine, princesse) ?

« Dans la construction de soi et donc dans l’orientation, la place du jouet est fondamentale, si on ne donne pas à voir à des jeunes filles des jouets qui sont en lien avec la science, elles ne pourront pas se projeter dans ces métiers-là », a commenté Florence Barnier, directrice du développement de l’association Elles Bougent, qui promeut les carrières scientifiques auprès des filles.

C’est sur cette hypothèse et en se basant sur des statistiques de représentation des femmes dans certains métiers qu’a été créée cette « charte pour une représentation mixte des jouets ».

À quoi s’engagent les signataires de la charte ?

La charte signée ce mardi « est un premier pas, ça permet de poser le débat et d’avoir un certain nombre d’engagements et nous nous reverrons dans six mois pour faire le point et voir ce qu’on peut continuer à améliorer », a expliqué Mme Pannier-Runacher.

Par cette charte, les fabricants de jouets et les distributeurs s’engagent à revoir le modèle actuel. Ils devront par exemple s’assurer que des jouets et des déguisements « scientifiques » soient visibles dans les rayons filles et à l’inverse, que l’on puisse trouver le jouet balai, ou le jouet aspirateur, la cuisine et les poupées chez les garçons.

Il sera aussi demandé aux fabricants d’être vigilants sur les formules utilisées pour décrire le jouet sur la boite ou dans la notice. Adieu le « pour faire comme maman », qui devra être remplacée par une formule plus neutre du type « pour faire comme les grands ».

On demandera également aux vendeurs de ne plus orienter les clients en fonction du genre de l’enfant en premier lieu, mais plutôt par rapport à leur âge ou leurs centres d’intérêt.