Passées À venir

Un déconfinement plus strict que prévu

Même si la situation s’est considérablement améliorée ces dernières semaines, l’objectif sanitaire fixé par le gouvernement ne sera pas atteint le 15 décembre. En conséquence, le déconfinement sera plus strict que prévu.
Sommaire

Lors de sa conférence de presse hebdomadaire, Jean Castex a dévoilé les modalités du déconfinement qui aura lieu le 15 décembre. Et l’heure n’est pas au relâchement pour les Français, bien au contraire. L’épidémie de Covid-19 n’étant pas maîtrisée, le gouvernement a revu sa copie et de nouvelles restrictions en découlent. Entre couvre-feu et fermetures prolongées, comment s’annoncent les fêtes de fin d’année ?

Un déconfinement plus strict que prévu

Le point sur la situation sanitaire

Après une nette amélioration, la situation sanitaire stagne depuis plusieurs jours : le nombre de cas ne diminue plus et semblerait même remonter doucement. Hier, près de 14 000 nouveaux diagnostics positifs ont été dénombrés en 24 heures. Pour le gouvernement, une chose est sûre : « le 15 décembre, nous ne serons pas à l’objectif fixé ». La deuxième vague ne semble pas encore passée et la crainte d’un rebond de l’épidémie est très présente, notamment après les fêtes.

« La partie est loin d’être gagnée », déclare le Premier ministre et pour éviter un troisième confinement, il paraît indispensable d’adapter les mesures.

Lieux culturels : encore trois semaines de fermeture

Contrairement à ce qui était annoncé, les établissements recevant du public, c’est-à-dire les cinémas, théâtres, salles de spectacle, musées, parcs zoologiques, enceintes sportives ou encore casinos resteront fermés trois semaines de plus. Le 7 janvier, une éventuelle réouverture pourra être envisagée avec un protocole strict, en fonction de la situation sanitaire. Pour le Premier ministre, cette décision est douloureuse, en particulier sachant tous les efforts des acteurs du secteur dans la préparation du retour du public. Afin de compenser les pertes, les dispositifs de soutien économique mis en place seront reconduits.

En ce qui concerne les lieux de culte, la jauge actuelle n’est pas revue à la hausse. Pas de changement non plus pour les restaurants, bars, salles de sport et les autres commerces encore fermés dont l’échéance est maintenue au 20 janvier.

Un couvre-feu dès 20 heures

À compter du 15 décembre, un couvre-feu s’appliquera sur l’ensemble du territoire entre 20 heures et 6 heures, et non 21 heures. Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a précisé les règles en matière de dérogations avec des déplacements autorisés pour :

  • motifs professionnels ;
  • raisons médicales ;
  • motifs familiaux impérieux (garde d’enfants, assistance à une personne vulnérable) ;
  • personnes en situation de handicap et leur accompagnant ;
  • missions d’intérêt général (aides alimentaires, maraudes) ;
  • besoins des animaux de compagnie.

Et ce n’est plus une nouveauté pour les Français : une énième attestation devrait voir le jour, à présenter lors d’un contrôle en plus d’autres justificatifs. Son absence sera sanctionnée par une amende forfaitaire de 135 euros. Renforcement du dispositif de contrôle et intransigeance pour les rassemblements non autorisés ont aussi été abordés par le ministre de l’Intérieur.

Quelles restrictions pour Noël et le Nouvel An ?

Noël est une tradition pour les Français, à la fois un moment de partage et de convivialité, que le gouvernement ne souhaite pas entacher. Ainsi, cette journée fait exception au couvre-feu et les déplacements hors régions autorisés dès le 15 décembre permettront aux familles de se retrouver, mais en petit nombre. En effet, la recommandation de 6 adultes à table reste de rigueur pour Noël, comme le Nouvel An. Jean Castex préconise également de limiter les interactions dans les 5 jours qui précèdent un contact avec une personne âgée ou vulnérable.

Le Nouvel An ne bénéficie pas d’autant d’indulgence, puisque le couvre-feu s’appliquera bel et bien le 31 décembre dès 20 heures.

Nouveau renforcement de la stratégie « tester, alerter, protéger »

La stratégie « tester, alerter, protéger » sera une nouvelle fois renforcée avec une augmentation du nombre de tests, le raccourcissement des délais pour obtenir les résultats et une identification plus rapide des cas contacts.

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a pris la parole pour donner des éléments de réponse à la question que tous les Français se posent : faut-il se faire tester avant Noël ? Selon lui, c’est une bonne initiative en principe, mais dans les faits les risques de relâchement en cas de test négatif ou d’engorgement des laboratoires sont trop grands. La priorité doit être donnée aux personnes présentant des symptômes liés au coronavirus.

Dans le cadre du renforcement de la stratégie, des campagnes de dépistage massif seront menées du 14 au 19 décembre au Havre et à Charleville-Mézières, du 11 au 16 janvier à Roubaix et à partir du 11 janvier à Saint-Étienne.

Le Premier ministre renouvelle ses appels à la prudence et, s’il comprend la lassitude de la population, rappelle que l’épidémie ne peut être vaincue sans la mobilisation de tous.

Un déconfinement plus strict que prévu