Passées À venir

Arnaque à l'horodateur : mode opératoire et conseils pour s'en prémunir

L’escroquerie aux horodateurs continue de faire des victimes dans de nombreux départements français et cible principalement les personnes âgées. Quel est le mode opératoire de ces escrocs des parkings ? Quels sont les conseils de la gendarmerie nationale pour s’en prémunir ? Comment agir si vous êtes victime ou témoin d’un vol ?
Sommaire

L’arnaque à l’horodateur existe depuis de nombreuses années et continue de faire des victimes notamment parmi les personnes âgées. Cette ancienne technique frauduleuse consiste à élaborer tout un scénario pour voler la carte bancaire d’une personne près d’un parking payant. Les escrocs ciblent essentiellement les personnes âgées, crédules et vulnérables. Il est donc important de sensibiliser les seniors de votre entourage. Faisons un point sur cette escroquerie, les conseils avisés de la gendarmerie nationale pour s’en prémunir et les réflexes à adopter si vous êtes victime ou témoin d’un vol de carte bancaire.

Arnaque à l’horodateur : mode opératoire et conseils pour s’en prémunir


Une technique frauduleuse savamment orchestrée

L’arnaque à l’horodateur est une technique de vol par ruse au scénario relativement bien ficelé. Même si cette escroquerie est connue par les services de police et de gendarmerie depuis longtemps, elle continue de faire des ravages chez les personnes du troisième âge et les personnes facilement influençables.

L’opération frauduleuse consiste à interpeller un individu, de préférence un retraité, sur un parking payant et lui demander de l’aide pour payer une place de stationnement à l’horodateur. Pour rappel, les horodateurs français n’acceptent que la monnaie et les cartes bancaires. Comble du hasard, l’escroc prétend n’avoir que des billets sur lui, ce qui est problématique pour régler l’acquittement de ses droits de stationnement automobile. Il demande alors à la personne âgée, ou à toute âme charitable de payer avec sa carte bancaire en échange d’un remboursement en billet aussitôt le paiement effectué. Convaincue d’aider une personne dans la détresse et fort sympathique, la future victime accepte sans sourciller d’insérer sa carte bleue dans l’horodateur et de composer son code secret. Une fois l’opération effectuée, l’arnaqueur lui assure que le paiement n’a malheureusement pas fonctionné. Il cherche alors à détourner son attention pendant un court instant afin de lui subtiliser sa carte bancaire et de partir à grandes enjambées, avec le code confidentiel mémorisé.

En d’autres termes, l’arnaque à l’horodateur n’est rien d’autre qu’un vol à l’arraché, sauf que les escrocs sont moins virulents et jouent sur la psychologie et la sympathie des victimes. Généralement, ils agissent seuls ou à deux, parfois plus.

Il existe d’autres variantes de cette escroquerie, par exemple celle qui consiste à trafiquer l’horodateur. Grâce à un mécanisme ingénieux, de type « collet marseillais » (dispositif visant à bloquer les cartes bancaires dans les distributeurs automatiques de billets via une bande plastifiée insérée dans la fente), l’escroc fait croire que la CB a été avalée par la machine.

Une fois la carte bancaire dérobée, les voleurs prennent rapidement la direction du DAB le plus proche pour retirer de l’argent liquide. Idéalement, ils recherchent celui de la banque de la victime, car le plafond de retrait prévu sur le compte bancaire est plus élevé.

Les forces de l’ordre ont constaté que cette escroquerie a lieu partout en France. À Vernon, dans l’Eure (27), un retraité a été victime de cette mésaventure le jeudi 4 avril 2019 alors qu’il chargeait ses courses dans sa voiture en compagnie de sa femme. À peine le temps de faire opposition sur sa carte bancaire que l’escroc avait déjà retiré 500 € dans les distributeurs de billets du centre-ville. Même scénario à Elbeuf en Seine-Maritime (76) où un couple de retraités a perdu 3 000 € en octobre 2018.

Les conseils de la gendarmerie pour se prémunir de cette escroquerie

Face à cette recrudescence de victimes et de plaintes à l’arnaque à l’horodateur, la gendarmerie nationale tient à sensibiliser les seniors et prodiguer quelques conseils avisés pour éviter que cette escroquerie ne fasse de nouvelles victimes.

Avant toute chose, il est primordial de toujours composer votre code secret de carte bancaire à l’abri des regards. Veillez à cacher le clavier avec vos mains. De même qu’il ne faut jamais inscrire votre code confidentiel sur un papier rangé dans votre portefeuille, à côté de votre CB. Désormais, les escrocs sont à l’affût de la moindre opportunité, alors ne leur facilitez pas le travail.

Les femmes doivent impérativement garder leur sac à main fermé et sur elles en permanence. Ne le lâchez pas des yeux, surtout si un inconnu vient vous interpeller.

Enfin, il est fortement recommandé de noter le numéro pour faire opposition qui figure sur votre carte bancaire et de le cacher dans un lieu sûr afin de gagner du temps en cas de perte ou de vol de votre carte bancaire.

Les réflexes à adopter si vous êtes victime ou témoin d’un vol de carte bancaire

Dans un premier temps, n’hésitez pas à alerter les passants en criant et en faisant de grands gestes.

Ensuite, il faut immédiatement composer le 17 (police) ou le 112 (numéro d’urgence) en précisant le lieu du vol et le nombre de voleurs. Essayer de mémoriser un maximum d’informations sur le ou les escroc(s) pour aider les forces de l’ordre à dresser un portrait-robot : sexe, âge, taille, corpulence, coupe et couleur de cheveux, tenue vestimentaire ou tout autre signe distinctif (moustache, barbe, port de lunettes, tatouage, cicatrice, etc.).

Si vous avez vu vers quelle direction le voleur a pris la fuite, n’hésitez pas à l’indiquer aux forces de l’ordre. Si l’escroc utilise un véhicule pour se volatiliser (scooter, moto, voiture, etc.), soyez vigilant sur la marque, la couleur, et, idéalement, le numéro de la plaque d’immatriculation.

Enfin, vous devez faire opposition sur votre carte bancaire dans les plus brefs délais en contactant directement votre banque ou le serveur interbancaire de mise en opposition des cartes bancaires, joignable 7J/7 et 24 h/24, au 0 892 705 705 (appel surtaxé à 34 centimes d’euros la minute).