Passées À venir

Bénéficier de l'allocation d'aide au retour à l'emploi ARE

Perte d'un emploi : sous quelles conditions est-il possible de bénéficier de l'allocation d'aide au retour à l'emploi ?
Sommaire

L'ARE (allocation d'aide au retour à l'emploi) est un revenu de remplacement accordé aux personnes qui perdent leur emploi. Toutefois, celle-ci n'est pas accordée automatiquement. Pour en bénéficier, il est nécessaire de remplir plusieurs conditions simultanément.

Bénéficier de l'allocation d'aide au retour à l'emploi ARE



Conditions de résidence

Pour prétendre à l'ARE, il est nécessaire de justifier d'une résidence stable et permanente en France métropolitaine, dans un département d'Outre-mer (à l'exception de Mayotte), dans une collectivité d'Outre-mer (sauf à Wallis et Fortuna et en Polynésie française), ou à Monaco.

Conditions de situation

Les personnes qui ont atteint l'âge légal de départ en retraite et qui peuvent bénéficier d'une retraite à taux plein ne peuvent pas prétendre à l'ARE.
Celles qui, à l'inverse, n'ont pas atteint cet âge ou qui n'ont pas encore cotisé assez de trimestres pour une retraite à taux plein, pourront percevoir cette allocation jusqu'à l'obtention des trimestres requis et au plus tard jusqu'à l'âge d'obtention automatique de la retraite à taux plein.

Par ailleurs, il n'est pas possible de percevoir l'ARE dans le cadre d'un départ en retraite anticipé (carrière longue, travailleurs handicapés, pénibilité, incapacité permanente).

Enfin, l'ARE ne peut être attribuée qu'aux personnes aptes à travailler.

Perte d'emploi involontaire

Seules les personnes en situation involontaire de chômage peuvent bénéficier de l'ARE. Ainsi, vous pouvez y prétendre à la suite d'une fin de contrat à durée déterminée, d'un licenciement, ou d'une rupture conventionnelle.

En principe, la démission ne permet pas de bénéficier de l'allocation d'aide au retour à l'emploi, car il s'agit d'une perte volontaire d'emploi. Toutefois, certaines démissions sont considérées comme légitimes : démissionner pour suivre son conjoint, démissionner pour cause de non-versement de rémunération, ou en cas de violences physiques subies au travail par exemple. Ces motifs donnent ainsi lieu au bénéfice de l'ARE.



S'inscrire à Pôle Emploi

Pour bénéficier de l'allocation d'aide au retour à l'emploi, il est nécessaire de procéder à son inscription sur la liste des demandeurs d'emploi auprès de Pôle Emploi. Par ailleurs, il vous sera demandé de prouver que vous recherchez réellement et activement un emploi.
Les personnes qui suivent une formation dans le cadre du projet personnalisé d'accès à l'emploi (PPAE) pourront également en bénéficier.

Justifier d'une durée d'affiliation suffisante

Pour prétendre à l'ARE, il est nécessaire d'avoir travaillé pendant au moins 122 jours ou 610 heures (consécutifs ou non), durant les 28 derniers mois (ou au cours des 36 derniers mois pour les personnes âgées de plus de 50 ans).

Pour les intérimaires, la durée d'affiliation est calculée à partir du nombre heures travaillées uniquement. Ils doivent ainsi justifier d'au minimum 610 heures de travail au cours des mêmes périodes.

La convention d'assurance chômage du 14 avril 2017 prévoit de nouvelles mesures dont certaines entreront en vigueur à compter du 1er novembre 2017.
Une de ces mesures concerne la diminution de la durée d'affiliation pour prétendre à l'ARE. Ainsi, tous les salariés (y compris les intérimaires) dont la fin de contrat intervient à compter du 1er novembre 2017 devront avoir travaillé au moins 88 jours ou 610 heures au cours des 28 derniers mois (ou au cours des 36 derniers mois pour les personnes âgées de plus de 50 ans).