Passées À venir

Les micro-entrepreneurs doivent être titulaires d'un compte bancaire dédié

Quel compte bancaire ouvrir en tant que micro-entrepreneur : compte courant, professionnel, personnel, dédié ? Explications.

Vous avez créé une microentreprise et vous vous interrogez sur vos obligations bancaires ? Devez-vous être titulaire d’un compte professionnel, d’un compte courant, ou d’un compte personnel ?

Les micro-entrepreneurs doivent être titulaires d’un compte bancaire dédié


Qu’est-ce qu’un compte bancaire professionnel ?

Le compte professionnel s’adresse aux entreprises, le plus souvent aux commerçants, souhaitant obtenir des services supplémentaires qui ne sont pas disponibles avec un compte personnel.

Il dispose des services habituels, carte bleue, chèques, virements, mais aussi des paiements par carte bancaire (obtention d’un terminal pour carte bleue) ou la gestion des impayés. Par conséquent, les frais sont plus élevés.

À qui s’adresse-t-il ?

Le compte professionnel s’adresse à toutes les entreprises, mais les banques peuvent refuser d’en ouvrir un sans avoir besoin de se justifier.

Toutes les entreprises ne sont pas obligées d’ouvrir un compte professionnel. Les entreprises soumises à cette obligation sont les SAS, SARL, EURL et SA. Un micro-entrepreneur quant à lui n’est pas soumis à l’obligation d’ouvrir un compte professionnel.

Les obligations bancaires du micro-entrepreneur

Depuis janvier 2015, le micro-entrepreneur est soumis à l’obligation d’ouvrir, dans la première année suivant la création de sa microentreprise, un compte dédié aux transactions financières liées à son entreprise. Un compte dédié peut être un simple compte courant.

Il est essentiel d’avoir un compte séparé de son compte personnel, afin que les mouvements soient bien visibles. Les recettes de l’entreprise ne peuvent être virées ou déposées directement sur le compte personnel. Les frais sont donc moins conséquents que ceux du compte professionnel, et l’ouverture est bien plus simple.

En outre, sachez que le micro-entrepreneur doit également tenir un livre des recettes encaissées contenant le montant et l’origine des recettes, le mode de règlement, et les références des pièces justificatives (numérotation des factures, notes). Si l’activité du micro-entrepreneur consiste à vendre des marchandises, il doit également tenir un registre des achats.