Passées À venir

Malabar retire un composant toxique de ses ingrédients : le dioxyde de titane

Les Français sont de plus en plus concernés par la qualité de leur alimentation et les scandales réguliers qui touchent l’industrie agroalimentaire provoquent la méfiance du consommateur. Le groupe Carambar and Co a pris les devants et a annoncé le retrait du dioxyde de titane de ses chewing-gums Malabar.

Fin janvier 2018, l’UFC que Choisir a attaqué 9 entreprises de produits alimentaires et cosmétiques en justice en raison de la présence de nanoparticules toxiques dissimulées dans la composition de certains de leurs produits les plus vendus. Malabar, qui ne faisait pas partie des 9 fabricants poursuivis, a pris les devants et a indiqué lundi 12 février avoir retiré le dioxyde de titane, une nanoparticule toxique de la composition de ses chewing-gums. Un point sur cette annonce.

Malabar retire un composant toxique de ses ingrédients : le dioxyde de titane



Carambar and Co sont de nouveau Français depuis 2017

L’investisseur français Eurazeo a en effet racheté Carambar and Co, au groupe américain Mondelez courant 2017 en espérant récupérer la place de leader sur le marché français détenue pour le moment par l’allemand Haribo.

Pour se faire, le groupe a prévu d’investir 35 millions d’euros pour moderniser ses cinq sites de production : Blois pour le chocolat Poulain, Marcq-en-Barœul pour les Carambars et les bonbons la Pie qui chante, Saint Genest (Vienne) pour Krema et Malabar, Strasbourg pour les Rochers Suchard, la marque anglaise Terry’s, et les poudres de chocolat Benco, Suchard Express et Kaba, et Vichy pour les célèbres pastilles.

Le groupe vient également d’ouvrir 2 centres de Recherche et Développement en France.

Malabar retire le dioxyde de titane de ses chewing-gums

Le nouveau président du groupe Carambar and Co, Thierry Gaillard, qui a pris ses fonctions début janvier 2018 a déclaré au sujet du scandale des nanoparticules : « C’est un sujet très important, nous avons toute une réflexion RSE (responsabilité sociétale des entreprises, NDR) en cours ».

« Nous avons enlevé l’ingrédient dioxyde de titane du produit Malabar depuis la fin 2017, ce qui veut dire que les chewing-gums vendus actuellement n’ont plus cet ingrédient, mais cela n’apparaitra sur les emballages qu’à la fin du premier semestre 2018 » a-t-il précisé à l’AFP.

Un autre sujet de réflexion au sein du groupe est celui des emballages plastiques

En alliant des améliorations en matière de santé publique et en réduisant son impact sur l’environnement, le groupe Carambar and Co souhaite retrouver la confiance des consommateurs français, qui sont de plus en plus concernés par la qualité de leur alimentation et par l’écologie. L’objectif annoncé est d’augmenter son chiffre d’affaires de 20 % sur 5 ans.