Renseignements téléphoniques
0890 313 333 * Service 0,80€/min
+ prix d'appel
Ouvert sans interruption de 9h00 à 17h00
Service privé fourni par DemarchesAdministratives.fr

En quoi consiste l’activité d’une mule financière ? Informez-vous sur les techniques de recrutement des cybercriminels et les risques que vous encourez si vous franchissez le pas.

Mule financière ou Money muling : ne tombez pas dans le piège

Alors que vous surfez sur le web, une tierce personne vous contacte, utilisant un faux prétexte, afin de vous proposer une offre d’emploi alléchante. Accessible à tous, aucune expérience professionnelle n’est requise, aucune formation particulière non plus, cette proposition impromptue semble idéale pour se faire de l’argent facile. Votre mission serait simple : transférer l’argent d’un inconnu sur votre compte bancaire, ou remettre cet argent à un endroit particulier (une autre banque par exemple), en échange d’une contrepartie financière. N’acceptez surtout pas ces fonds, car ils ont sans doute été obtenus de manière illégale (utilisation de logiciels malveillants, hameçonnage de données bancaires, trafic de stupéfiants, vol à main armée...). Sans même le savoir, vous deviendriez la mule financière d’un cybercriminel, et ce type d’activité est pénalement répréhensible. Qu’est-ce qu’une mule financière ? Quelles sanctions encourent les mules ? Comment se protéger contre cette technique frauduleuse ?

Mule financière ou Money muling : ne tombez pas dans le piège

Qu’est-ce qu’une mule financière ?

Pour les cybercriminels, Internet est l’outil idéal pour blanchir de l’argent, car il est difficile de tracer les flux de blanchiment d’argent. Les recruteurs utilisent un envoi massif de spams pour rechercher et trouver des mules financières. Les fraudeurs font appel aux mules pour blanchir et transférer illégalement de l’argent vers d’autres pays. L’objectif de ces criminels peut être le vol, le détournement d’argent, le blanchiment d’argent...

La Police nationale définit une « Mule financière » (« Money Muling » en anglais) comme étant une personne qui transfère des fonds d’origine frauduleuse via différents comptes bancaires, souvent dans différents pays, en prenant une commission au passage. Cette technique frauduleuse consiste à convaincre une personne, généralement en situation précaire, d’accepter de recevoir des transferts d’argent illégaux sur son propre compte bancaire, en échange d’une contrepartie financière (environ 10 % de chaque transaction). Les fraudeurs communiquent à leur « nouveau complice », les coordonnées de la banque où transférer l’argent (dans la plupart des cas, il s’agit d’un transfert Western Union).

Comme le « phishing » (hameçonnage), cette technique frauduleuse vise les personnes naïves, dans le besoin ou en quête d’argent facile. Sauf qu’une fois pris la main dans le sac, la mule financière risque de se retrouver bien seule devant le juge. À partir du moment où les fonds arrivent sur son compte, la mule risque des amendes et une peine de prison.

Quelles sanctions encourent les mules ?

Une mule n’a pas toujours conscience de commettre un délit punissable par la loi. Elle constitue un maillon important de la chaine du crime, du trafic de drogue, du trafic d’êtres humains et de la fraude en ligne.

Si les faits sont avérés, la mule financière peut être poursuivie pour blanchiment d’argent. Elle risque une amende de 375 000 € et une peine de 5 ans de prison. Son compte bancaire peut être annulé.

Il est important d’être conscient des dangers encourus par une mule financière. Si vous pensez être victime d’un cyber fraudeur, vous devez réagir au plus vite et contacter votre banque et la police nationale.

Comment se protéger contre cette opération frauduleuse ?

En 2017, Europol, l’organisation policière européenne, en collaboration avec la Fédération bancaire européenne, a lancé son action annuelle Money Muling. Cette opération consiste à attirer l’attention des internautes sur les pratiques de recrutement des mules financières.

Le conseil primordial est de ne pas tomber dans le piège d’une offre alléchante. Pour cela, respectez certaines règles fondamentales : ne jamais prêter votre compte à une tierce personne, ne confier pas votre carte bancaire, ni votre code PIN, ni vos codes de banque en ligne...

Pour s’armer face à ce traquenard, des solutions existent. Si vous recevez un message suspect, il ne faut pas répondre et ne surtout pas ouvrir les liens ou télécharger les pièces jointes. Vous devez vous méfier des emails de type « phishing ». Il est essentiel d’ignorer ces messages frauduleux qui n’hésitent pas à usurper l’identité de votre banque par exemple. L’email que vous recevez vous invite à vérifier votre compte et à envoyer vos codes bancaires pour des vérifications ou contrôles. De cette manière, les cybercriminels peuvent utiliser votre compte pour transférer de l’argent.

Si vous avez le moindre doute, n’hésitez pas à vérifier si l’entreprise qui fait appel à vos services existe réellement. Cependant, il faut être prudent, car les pirates informatiques n’ont aucun scrupule à copier le site web d’une véritable entreprise pour dissimuler leur arnaque.

 




Les démarches connexes
Financer la garde de ses enfants
Financer la garde de ses enfants
Comment une famille peut-elle bénéficier du complément du libre choix du mode de garde d'un enfant ? À qui s'adresser ? Quel est le montant de l'aide CMG ?

 
Renseignements téléphoniques
0890 313 333 * Service 0,80€/min
+ prix d'appel
Ouvert sans interruption de 9h00 à 17h00
Service privé fourni par DemarchesAdministratives.fr