Passées À venir

Choisir le prénom d'un enfant à la naissance

Comment choisir le prénom de son enfant ? Existe-t-il des règles ? Des limites ? Le point ici.
Sommaire

Mûrement réfléchi en amont, le choix du prénom d’un enfant n’est pas une mince affaire. Il est non seulement le reflet de la personnalité des parents, mais également un support autour duquel l’enfant va construire son identité. C’est l’occasion pour certaines familles de transmettre l’héritage d’une longue lignée en signe d’appartenance et pour d’autres, de jouer la carte de l’originalité. Mais peut-on choisir librement le prénom de son enfant ? La réponse ici.

Choisir le prénom d’un enfant à la naissance


Le principe de la liberté de choix du prénom de naissance de l’enfant

Les parents sont par principe, libres de décider quel(s) prénom(s) portera leur enfant. Ce choix est rapporté par l’officier d’état civil au moment de la déclaration de naissance.

Traditionnellement en France, on en donne 3 pour que le nouveau-né porte le prénom de ses aïeux ou celui de ses parrain et marraine, mais il n’existe pas de règle ni de limite en nombre.

Si les parents ne se mettent pas d’accord, c’est le JAF (Juge aux affaires familiales) qui prend la décision.

En cas d’erreur ou d’omission concernant le prénom, vous pouvez faire rectifier l’acte d’état civil.

La limite à la liberté de choix du prénom de l’enfant

Dans de rares situations, certains parents peuvent voir l’officier d’état civil rejeter leur requête. En effet, ce dernier doit saisir le procureur de la République s’il estime que le prénom choisi va à l’encontre de l’intérêt de l’enfant.

Il peut s’agir d’un patronyme humiliant, vulgaire ou de mauvais goût. Dans ce cas, le procureur saisit le JAF qui prendra la décision de maintenir ou supprimer le prénom des registres de l’état civil.

En l’absence de choix des parents d’un nouveau prénom conforme, c’est donc le juge qui en attribue un d’office.

Il en va de même pour les parents qui souhaiteraient donner à leur chérubin en guise de prénom, le nom de l’autre parent. Par exemple, il n’est pas permis à Mr François et Mme Martin d’appeler leur fils Martin FRANÇOIS.

Notez également que seul l’alphabet usuel français est accepté. Ainsi, vous ne pourrez utiliser ni de « ñ » ni de « ß ».