Passées À venir

Permis de conduire : la conduite supervisée

La conduite supervisée, réservée aux adultes, permet d'apprendre à conduire en toute confiance avant de passer le permis B. Quelles sont les différences avec la conduite accompagnée ?
Sommaire

S’il faut toujours apprendre les bases de la conduite et le Code de la route dans une auto-école, plusieurs formules sont disponibles pour se perfectionner à la conduite. Ces apprentissages, commencés en auto-école, permettent de présenter le permis B après une période de conduite accompagnée.

Permis de conduire : la conduite supervisée




Perfectionner sa conduite avant de passer le permis de conduire

Il existe, en fait, trois formules différentes :

  • l’apprentissage anticipé de la conduite (AAC) ou communément appelé conduite accompagnée ;
  • la conduite encadrée ;
  • la conduite supervisée.

La conduite encadrée s’adresse essentiellement aux jeunes qui suivent une formation aux métiers de la route. Cette formation est validée par un diplôme de l’éducation nationale ou par un titre professionnel.

Quel que soit le choix de formation, il faut, au préalable, obtenir l’accord écrit de la société d’assurance pour l’extension de garantie nécessaire pour la conduite du véhicule utilisé.

Pourquoi choisir la conduite supervisée ?

Parce que vous avez 18 ans ou plus

L’apprentissage de la conduite supervisée est accessible aux candidats âgés de 18 ans et plus. Il est possible de s’inscrire à cette formation avant l’examen du permis de conduire ou même après avoir échoué à l’épreuve pratique.

Le décret du 18 mai 2020 a simplifié le dispositif : “En cas d’échec à l’épreuve de conduite, tout élève dispose d’un droit d’accès à la conduite supervisée sans délai ni formalités”.

→ Contrairement à la conduite accompagnée ou à l’apprentissage anticipé de la conduite (AAC), possibles dès l’âge de 15 ans.

Pour prendre le temps de vous perfectionner avant de passer l’épreuve pratique

Pour commencer la conduite supervisée, vous devez avoir réussi le Code de la route puis avoir suivi la formation initiale en auto-école. Elle se compose d’une partie théorique et d’une partie pratique de 20 heures minimum de formation en conduite. Elle comprend au moins 15 heures de conduite sur voies ouvertes à la circulation, ou 10 heures en cas d’utilisation d’un simulateur de conduite.

Deux exceptions peuvent réduire le temps de la formation initiale :

  • Vous possédez déjà un autre permis, hors le permis AM (cyclomoteur) ou B1 (quadricycle lourd à moteur type voiturette, quad). La durée de la formation sera alors directement impactée par votre progression d’apprentissage.
  • Vous limitez la formation aux véhicules équipés d’une boîte de vitesses automatique. Dans ce cas, la formation sera restreinte à 13 heures minimum, dont 10 heures sur voies ouvertes ou au moins 7 heures pour une formation sur simulateur de conduite.

→ Le socle de formation est identique pour la conduite supervisée et la conduite accompagnée.

Pour rouler sans contrainte de temps ni de kilométrage

Une fois l’attestation de fin de formation initiale acquise (AFFI), vous pouvez commencer la phase de conduite supervisée. Cette phase démarre par deux heures de conduite sur un véhicule de l’auto-école avec un accompagnateur. A cette occasion, le moniteur remet à l’accompagnateur le guide de l’accompagnateur. Celui-ci est commun aux deux types de conduites.

Vous n’êtes pas limité par un nombre de kilomètres à parcourir ni par une durée minimale. Vous disposez de tout votre temps pour acquérir plus d’expérience, vous sentir prêt et en confiance.

→ Contrairement à la phase de conduite accompagnée qui, elle, dure 1 an et où vous devez conduire au moins 3 000 km en France.

Permis de conduire : la conduite supervisée

Afin de prévenir les autres conducteurs, vous devez afficher le disque “conduite accompagnée” à l’arrière du véhicule.

La conduite étant limitée au territoire français, interdiction de conduire à l’étranger. Vous devez respecter les limitations de vitesse spécifiques à la conduite supervisée. Et pour que votre formation soit complète, il est recommandé de conduire par tous les temps, de jour comme de nuit. La voiture doit être équipée d’un dispositif de doubles rétroviseurs latéraux.

Il n’y a pas de suivi imposé avec l’auto-école pendant ce temps d’apprentissage.

→ Contrairement à la conduite accompagnée où 2 rendez-vous pédagogiques d’une durée de 3 heures sont obligatoires, voire un troisième rendez-vous si le besoin s’en fait sentir.

Les conditions relatives à l’accompagnateur sont communes aux deux formations. L’accompagnateur peut être choisi dans le cadre familial ou amical. Il doit avoir obtenu son permis de conduire, catégorie B, depuis au moins 5 ans. Le choix de l’accompagnateur doit être validé par la compagnie d’assurance. L’assureur peut refuser en cas d’infractions graves commises par l’accompagnateur. Enfin, son permis de conduire ne doit pas avoir été annulé ou invalidé au cours des 5 années précédentes.

Pour présenter l’épreuve pratique lorsque vous êtes prêt

Vous pouvez passer ou repasser l’examen du permis de conduire dès que vous vous sentez prêt. Vous pouvez le présenter en candidat libre, mais il vous faudra louer un véhicule à double commande. Le plus simple étant de passer par l’auto-école qui vous a inscrit à cette formule.

→ La conduite accompagnée autorise la présentation du candidat à l’épreuve pratique du permis de conduire dès ses 17 ans et demi. Il ne pourra cependant conduire seul qu’à partir de ses 18 ans.

Vous avez obtenu votre permis B, vous disposez alors de 6 points (au lieu de 12) pendant une période probatoire de 3 ans. Chaque année, votre permis est augmenté de 2 points, sauf en cas d’infraction entraînant la perte de points.

Une formation complémentaire, suivie entre le 6e et le 12e mois après l’obtention du permis vous permet de réduire la période probatoire à 2 ans. La durée de cette formation est de 7 heures. Une attestation de suivi valide la participation du conducteur à l’intégralité de cette formation.

→ Pour l’apprentissage en conduite accompagnée, la durée du permis probatoire est de 2 ans. Cette durée peut être réduite grâce à une formation complémentaire d’une journée suivie entre de 6e et le 12e mois. Ainsi, les 12 points sont récupérés à la fin de la 1re année probatoire.

Les deux formules sont garantes de succès. Les réussites à l’examen sont plus élevées chez les candidats ayant suivi un tel apprentissage. Ces formations apportent expérience de conduite et amélioration des acquis.