Passées À venir

Allocution d'Emmanuel Macron du 24 novembre 2020 : ce qu'il faut retenir

Près d’un mois après le début de cet acte II du confinement, Emmanuel Macron a annoncé les mesures d’assouplissement du dispositif lors de son allocution, ce 24 novembre 2020.
Sommaire

« Il faut de la cohérence, de la clarté, un cap. Savoir ensemble où nous allons et comment y aller », avait affirmé Emmanuel Macron auprès du JDD, le 22 novembre 2020. Ce mardi soir, près d’un mois après sa dernière allocution, le chef de l’État a détaillé toutes les mesures de ce confinement allégé.

Allocution d’Emmanuel Macron du 24 novembre 2020 : ce qu’il faut retenir

Covid-19 : le nombre de cas diminue

Lors de son allocution fin octobre, Emmanuel Macron avait fixé pour objectif un seuil de 5 000 contaminations par jour. Sur les 7 derniers jours, cette moyenne est de 21 918 cas quotidiens. Un chiffre certes en baisse (54 440 cas le 7 novembre), mais l’objectif n’est pas encore atteint. « Le pic de la seconde vague est derrière nous », a rappelé Emmanuel Macron, tout en ajoutant qu’il fallait poursuivre les efforts car notre pays compte « 50 000 décès liés à l’épidémie ».

Un déconfinement progressif en trois étapes

Ce mardi 24 novembre 2020, Emmanuel Macron a confirmé la mise en place d’un calendrier en trois étapes. À partir de ce samedi 28 novembre :

  • les promenades seront possibles dans un rayon de 20 kilomètres et pour une durée de trois heures ;
  • les activités extrascolaires en plein air seront autorisées ;
  • les offices religieux pourront avoir lieu dans la limite de 30 personnes ;
  • les commerces pourront rouvrir jusqu’à 21 heures.

Puis, à partir du 15 décembre, le confinement prendra fin « si les objectifs sanitaires sont atteints » (nombre de contaminations quotidiennes inférieures à 5 000 cas et nombre de personnes en réanimation en dessous de 3 000), a rappelé Emmanuel Macron :

  • un couvre-feu sera alors instauré de 21 heures à 7 heures dans toute la France. Mais il ne s’appliquera pas le 24 et le 31 décembre ;
  • les salles de cinéma, les théâtres et musées pourront rouvrir.

La troisième étape sera pour le 20 janvier. Si le nombre de contaminations reste en dessous de 5 000 cas par jour :

  • les salles de sport et les restaurants pourront rouvrir ;
  • le couvre-feu pourra être décalé ;
  • tous les lycéens pourront aller à la totalité de leur cours en présentiel. Puis 15 jours plus tard, ce sera au tour des universités de reprendre normalement les cours.

« Le confinement va se poursuivre et donc la limitation des déplacements aussi », avait expliqué Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement dans le JDD. En décembre, les Français vont ainsi continuer à remplir l’attestation de déplacement. Emmanuel Macron l’a confirmé ce mardi lors de son allocution : « le système de l’attestation restera en vigueur », a-t-il indiqué.

Test : un résultat en 24 heures et un meilleur isolement des personnes malades

Emmanuel Macron souhaite continuer la stratégie du « Tester, alerter, protéger et soigner. » « Nous sommes l’un des pays européens qui teste le plus. Début janvier, aucun test ne devra donner un résultat en plus de 24 heures », a-t-il indiqué. Le but est de casser le plus rapidement possible les chaînes de contamination. Pour le faire, le président de la République a aussi mis en avant l’application TousAntiCovid, téléchargée 10 millions de fois.

Le chef de l’État a également affirmé vouloir « être plus contraignant à l’égard de celles et ceux qui ont le virus ». « Un débat démocratique doit se tenir » pour mieux isoler les personnes malades. Rappelons que ce mardi 24 novembre dans Le Parisien, 85 associations de santé et plusieurs médecins demandaient un meilleur isolement des personnes malades et de leurs cas contacts.

La vaccination : dès fin décembre, début janvier

À partir de quelle date les Français pourront-ils se faire vacciner ? Alors que les Américains pourraient commencer à se faire vacciner vers la mi-décembre, les Français devront attendre un peu plus. Les premiers vaccins sous réserve de la validation par les autorités indépendantes commenceront « dès fin décembre, début janvier pour les personnes les plus fragiles ». « La vaccination doit se faire de manière claire et transparente en partageant à chaque étape toutes les informations. Elle ne sera pas obligatoire», a ajouté le chef de l’État.

Pour rappel, ce lundi 23 novembre, la firme britannique AstraZeneca a indiqué une efficacité de son vaccin de 70 % et ce mardi 24 novembre, la Russie affirmait que son vaccin était efficace à 95 %. Après Moderna (efficacité à 94,5 %) et Pfizer (efficacité à 90 %), c’est la quatrième fois que les laboratoires rendent publics les résultats de leur test en ce mois de novembre. Mais avant une mise sur le marché, les autorités indépendantes, comme l’Agence européenne du médicament ou la FDA (Food and Drug Administration) aux États-Unis, vont devoir analyser ces résultats.

De nouvelles aides pour les entreprises

Les bars, restaurants, salles de sport et tous les autres établissements fermés administrativement pourront se faire verser par l’État une aide estimée à 20 % de leur chiffre d’affaires de l’année 2019 si le montant est supérieur aux 10 000 euros déjà prévus par le Fonds de solidarité.

Le plan 1 jeune, 1 solution fera l’objet de moyens renforcés. « Le gouvernement présentera une réponse dans les prochains jours », a-t-il dit.

Ce 26 novembre 2020, le Premier ministre, Jean Castex, détaillera les modalités de ce confinement allégé lors de la traditionnelle conférence de presse.